Archives pour la catégorie ENIGMES – MYSTERES :


123

Le mystère du pont d’Overtoun

ae81beaa.jpg

Nous sommes au manoir Overtoun House dont le domaine est situé sur une colline surplombant la rivière Clyde, a l’est de l’écosse.À quelques mètres de là, le Overtoun Bridge, un pont construit à la fin du dix neuvième siècle, qui sera surnommé ‘The Dog Suicide Bridge’ à cause de son incroyable histoire.

Sur ce pont écossais l’air y est paisibles et le paysage idyllique, pourtant, les habitants de la région n’osent plus y promener leurs chiens et craignent les lieux.Des rumeurs courent et elles prétendent que le pont de Overtoun serait hanté.Depuis les années 1950 ou 60, de nombreuses personnes déclarent que leurs chiens ont un comportement bizarre et inhabituel en traversant ce pont.Plus fou, certains se jettent dans le vide, a plus de quinze mètres hauteur sans aucune raison, laissant leurs propriétaire incrédule face à la mort subite de leurs compagnons.

Donna Cooper, déclare que son chien s’est arrêté à un moment, a mis ses pattes au-dessus du pont et a sauté dans le vide.

Fiona Craig, déclare que son compagnon à quatre pattes a courus vers le pont et a sauté.

Ken Low explique qu’il regardait la chute d’eau en bas du pont, quand son chien âgé de six ans s’est tout à coup jeté du parapet.

Les témoignages s’amoncellent et il n’y a pas la moindre explication sur ces morts mystérieuses.Plus de 50 chiens y auraient trouvés la mort, toujours de la même manière et toujours au même endroit, sur le côté droit du pont, sans aucune explication.Comme si quelque chose les avait attirés ou les effrayés.Fait étrange, certains des chiens auraient survécu et se seraient jetés du pont une nouvelle fois.

La population est terrorisée par les lieux et le mystère qui entoure ces morts canines inexpliqués ne tarde pas à être allègrement médiatisé par la presse et la radio.On parle du pont d’Overtoun comme du pont ou les chiens viennent pour se suicider.
Le vétérinaire comportemental, Kendel shepherd, pense que les chiens n’ont pas conscience de la différence entre maintenant et le futur ou aujourd’hui et demain.Pour elle il est donc improbable que des chiens puissent savoir que quelque chose est mauvais pour eux et que la seule solution serait de mourir, donc de se suicider.

Le docteur Ruper Sheldrake, biologiste, indique que les chiens sont capables de détecter des choses que nous ne pouvons pas détecter.Il est démontré que les chiens peuvent répondre à des sons que nous ne pouvons pas percevoir, serait-ce un indice menant à une explication ? Des spécialistes en acoustique sont venus sur le site pour étudier le lieu, mais ils n’ont rien décelé d’anormal.Des comportementalistes ont alors évoqué la présence de souris, d’écureuils ou de visons qui dégageraient de la rivière une odeur particulièrement attirante en combinaison avec les solides murs de la passerelle.

Mais étrangement ce phénomène n’aurait pas de précédent et serait une exclusivité du pont d’Overtoun Bridge.Avant que le pont n’existe, la mythologie Celte évoque ce lieu comme une brèche entre le monde terrestre et celui de l’au-delà.Pour certains habitants de la région, les lieux seraient maléfiques.Aujourd’hui encore le mystère règne toujours sur l’étrange pont de Overtoun, ‘The Dog Suicide Bridge’.

Les cranes de cristal

crist2.gifEn 1924, Anna Le Guillon Mitchell-Hedges a 17 ans lorsque avec son père adoptif, l’explorateur anglais Frederick Albert Mitchell-Hedges, ils découvrent un crâne en cristal de roche dans les ruines d’un temple de la cité Maya « des pierres tombées » à Lubaantùn, au Belize.  En dehors de l’absence des sutures crâniennes, c’est une reproduction quasi parfaite d’un crâne humain féminin.
Il pèse 5 kg . Il est composé de deux morceaux, la mâchoire inférieure s’ajustant exactement à la partie supérieure. 
Les propriétés optiques du crâne sont étonnantes : 

  • éclairé par le dessous, la lumière jaillit par les orbites. 
  • Frappé à l’arrière par les rayons du soleil, un faisceau lumineux intense (susceptible de mettre le feu ) jaillit des orbites, du nez et de la bouche. 

Certaine de son authenticité, Anna accepte de confier le crâne à une équipe de scientifiques spécialisés dans la cristallographie de la société Hewlet-Packard.
Après 6 mois de tests, les conclusions tombent : 

  • Il est constitué d’un quartz naturel extrêmement pur, du dioxyde de silicium « piézo-électrique » anisotrope (Grande stabilité physique, chimique et thermique. Il possède une polarité, réagit à la lumière et à l’électricité, directe ou par pression physique, son axe piézo-électrique est vertical et ses propriétés sont différentes dans chaque direction ; matériau utilisé comme oscillateur ou résonateur, en électronique et en informatique) 
  • Les deux morceaux sont taillés dans le même bloc de cristal de roche (selon son axe de symétrie moléculaire, ce qui lui confère ces étonnantes propriétés optiques) 
  • Aucune trace d’instrument, ni marque microscopique quelconque.   
  • Sans trace d’usinage, il est impossible de dater sa fabrication ( le cristal ne vieillit pas ). 
  • Avec une technologie moderne au diamant il faudrait un an de travail pour obtenir l’aspect extérieur (avec des traces d’usinage, ce que ce crâne n’a pas ! ), quant aux effets prismatiques, leur reproductibilité est encore plus difficile. On suppose que les sculpteurs ont lentement et méticuleusement poli l’objet à la main avec un mélange de sable de rivière et d’eau, à partir d’un gros bloc anguleux de cristal de roche d’environ 3 fois sa taille.
    En supposant cela, il aurait fallu plusieurs générations d’ouvriers, l’estimation avancée est de 300 années-hommes 

    Un chercheur de l’équipe aurait déclaré : «  Ce sacré truc ne devrait même pas exister !  » 

Il existe d’autres crânes de cristal, dont la découverte ou l’acquisition ne sont également jamais clairement établies. Nick Nocerino, propriétaire d’un crâne de cristal baptisé « Sha-Na-Ra » a fondé un institut de recherche parapsychologique afin d’étudier leurs propriétés « psy ». Jo Ann Parks est détentrice de « Max » et Norma Redo est la propriétaire du crâne à la croix reliquaireEn 1996, tous les trois ont accepté de prêter leur crâne au British Muséum à fin d’expertise Cinq crânes ont été étudiés, les trois précédemment cités, ainsi que celui du British Muséum et celui du Smithonian InstituteUn gobelet de cristal daté d’au moins 500 ans av. J.C., et un crâne moderne fabriqué en 1993 en Allemagne par Hans-Jürgen Henn ont servi de témoins. Le crâne du British Muséum et celui du Smithonian Institute portent des traces d’usinage. Quant au crâne à la croix reliquaire, les dents ont été retouchées ainsi qu’évidemment le trou que les espagnols ont percé pour y introduire la croix. Et… silence ! Pour « Max » et « Sha-Na-Ra«  : « No Comment«  !!! Depuis, les autorités du British Muséum refusent obstinément non seulement de livrer leurs conclusions mais également de dire pourquoi !!! Nous avons là un nouvel exemple de la démission des scientifiques devant un objet impossible. Une légende Maya est attachée à ces crânes de cristal : lorsque les treize crânes seront réunis, ils révèleront le secret de la vie.
Selon leur tradition, ces crânes leur ont été transmis par les Atlantes qui les tenaient des Initiateurs venus du ciel !!! 

  • Ces crânes seraient-ils les ancêtres des boules de cristal ? 
  • Une espèce de support d’information, venu du fond des âges, pouvant se mettre en résonance avec le cerveau humain ? 
  • Un briquet sophistiqué ? 
  • Ou bien un simple objet décoratif pour honorer les ancêtres ?… 

Enigme : Les enfants verts

article663333.jpg

Au cours du mois d’août 1887, près de Banjos, en Espagne, deux enfants inconnus sortirent d’une grotte.
Ils avaient la peau verte, les yeux bridés et portaient des vêtements faits d’une matière insolite. Ils ne parlaient pas espagnol.

On les confia au juge de paix local qui tenta d’ôter la couleur verte. Mais, il s’aperçut que ce n’était pas du maquillage, mais bien la pigmentation de leur peau.
Pendant presque une semaine, ils refusèrent de s’alimenter. Finalement, ils acceptèrent de manger des haricots frais.
Le garçon, trop affaibli, mourut peu de temps après. La petite fille survécut. Peu à peu, sa pigmentation verte disparut.
Ayant appris suffisamment d’espagnol pour s’expliquer, elle raconta qu’elle venait d’un pays sans soleil, où régnait un crépuscule permanent.
Ce mystérieux pays était séparé d’une région lumineuse qu’éclairait le soleil par une large rivière.
Un jour, un mystérieux tourbillon les avait emportés, elle et son frère et déposés dans la grotte.
La jeune fille mourut en 1892, sans pouvoir nous éclairer d’avantage sur ce mystère.

Cette histoire est très proche de celle des enfants verts qui sortirent d’une grotte de Woolpit (Angleterre), au XIe siècle.
Là aussi, il s’agissait d’un garçon et d’une fille ayant la peau et les cheveux verts. Eux aussi refusèrent tout d’abord toute nourriture et perdirent peu à peu leur étrange pigmentation.

On leur enseigna l’anglais et ils racontèrent leur histoire. Ils dirent venir d’une région appelée « le pays de saint-Martin » où le soleil ne brillait jamais.
Alors qu’ils gardaient un troupeau, ils avaient entendu un grand bruit. Voulant savoir d’où il venait, ils étaient entrés dans un tunnel. Ensuite, ils ne se souvenaient plus de rien.
Le garçon mourut un an après. Sa sœur resta à Woolpit et épousa un homme du village voisin.

On a cherché des explications à ces deux énigmes. On a ainsi observé que non loin de Woolpit se trouve le village de Fornham Saint Martin, qui aurait bien pu être ce mystérieux pays de saint-Martin.
Là s’étend la vaste forêt de Thetford. Cette région est également connue pour posséder de nombreuses galeries d’anciennes mines de silex.
Il s’agit peut-être de l’un de ces souterrains empruntés par les enfants.

La pigmentation verte de la peau s’explique assez facilement. On sait que certaines anémies peuvent rendre la peau verte. Ce symptôme s’aggrave en cas de malnutrition, assez courante à l’époque.
Le fait que la pigmentation soit redevenue normale après plusieurs semaines d’une alimentation plus équilibrée semble en être la preuve.

Ils auraient pu également être empoisonnés à l’arsenic car la peau peut alors devenir verte et abandonnés.

Le vrai mystère réside dans ce langage que personne ne comprenait. S’ils venaient d’un village assez proche, même avec un accent différent, ils auraient du pouvoir se faire comprendre.

Les enfants verts d’Espagne ont une histoire trop semblable à celle des enfants de Woolpit pour n’être qu’un hasard.
L’histoire des enfants de Woolpit pouvait être connue car William de Newburgh la rapporta dans un ouvrage publié en 1618.
Cette histoire a certainement inspiré celle de Banjos. Dans quel but ? Par qui ? Nous ne le saurons jamais.
Quelle langue avait-on apprise à ces enfants ? Un autre mystère sans réponse.

Source : Le surnaturel face à la science de Colin Wilson

La connaissance de l’âme

Des archéologues américains ont découvert une stèle représentant la plus ancienne mention de l’existence de l’âme. L’importance de cette découverte repose sur la provenance de cette pierre, elle a été déterrée en Turquie, et daterait du VIIIe siècle avant Jésus-Christ. Vieille de 2800 ans, cette stèle démontre que la séparation de l’âme et du corps dans le monde judéo-chrétien ne proviendrait pas de l’Égypte pharaonique comme le pensaient jusqu’à présent les historiens. Cette stèle a été écrite pour un haut fonctionnaire de la cité-royaume de Sam’al, au sud-est de la Turquie. Il y est inscrit, «J’ai placé dans une chambre éternelle un festin. Un bœuf pour le dieu Hadad, un bélier pour le dieu Shamash, et un bélier pour mon âme qui se trouve dans cette stèle », une traduction réalisée par les chercheurs de l’Université de Chicago, et retranscrite dans le New York Times.

laconnaissancedelame.jpg

L’auto stoppeuse

5151.jpgC’est l’histoire d’un homme qui vient de ramener sa copine a la maison… il est en moto et rentre par une petit foret sinueuse… dans un virage dans cette foret, il aperçoit une jeune femme en train de faire de l’auto-stop… il s’arrête et demande si il peut la ramener chez elle… mais qu’elle va certainement avoir froid sur la moto. Le jeune homme  est galant et lui prête sa veste . Elle dis oui. il lui donne sa veste et le casque puis s’en va avec la jeune femme derrière lui bien accrochée. Le femme habite dans le village a la sortie de la foret… ils roulent environ 10 minutes.

Une fois arrivé chez elle (un petite maison au bord de la route)… elle lui rend le casque, le remercie et s’en va en courant. Mais elle oublie de lui rendre sa veste, lorsqu’il y pense, elle est déjà rentrée chez elle. Il est tard (3h du matin)… il décide de rentrer chez lui et il reviendra demain pour chercher sa veste chez la femme.

Le lendemain matin… il retourne chez la femme… il sonne a la porte et c’est une femme d’environ 50 ans qui répond, le garçon lui raconte l’histoire de la veille… Et la femme parait très intriguée… elle fait un pas en arrière (elle est presque affolée)… elle réponds alors que c’est impossible ce qu’il dit. Sa fille est morte depuis une année jour pour jour dans un effroyable accident de moto a l’entrée de la foret au sud du village. Il n’en croit pas ses yeux et repart bouche bée sans rien dire…

Il avait pris en stop la fille au lieu même de l’accident qui l’avait tuée il y a un an…

Pour en avoir le cœur net  il va au cimetière du village… en regardant le nom de famille sur la boite au lettre il espère retrouver plus facilement la pierre tombale de la fille…

Arriver au cimetière, il regarde un peu autour de lui… Il n’en crois pas ses yeux. Il voit sa veste sur une pierre tombale… c’est bien sa veste… et elle est sur la pierre tombale de la fille qu’il avait pris en auto-stop !!!

Le mystère de la dame blanche

 

lune4.gif


Pourquoi la Dame Blanche?

On l’appelle ainsi car lorsqu’elle apparaît aux gens, elle est toujours vêtue de blanc ou entourée d’un halo blanc.


Quelle est l’origine de cette légende ?

A l’origine la Dame Blanche était plutôt un fantôme errant dans un château et attachée à une famille.
Ainsi, les tous premiers témoignages de la Dame Blanche, viennent d’Allemagne, où l’on dit que la Dame Blanche est en fait la Fée Mélusine, elle apparaissait dans le château, quand un membre de sa lignée devait mourir.
Elle est aussi une familière des Familles De Neuhaus et De Rosenberg, où elle apparaît pour annoncer une naissance ou un décès dans la famille.
En France, une Dame Blanche errerait dans le château de Pouancé, Château datant du XII siècle et situé dans le Maine et Loire. Elle serait le fantôme d’une femme, qu’un mari jaloux aurait emmurée vivante au château, en l’attachant sur une chaise devant une table où étaient posés des couverts d’argent. D’ailleurs le marquis de Preaulx qui y vivait à la fin du XVIIIème siècle, nota dans ses chroniques, que l’on avait retrouvé dans une pièce, le squelette d’une femme, tout y était, la table, la chaise et les couverts d’argent.

De nos jours où apparaît-elle?

Elle surgit toujours au même endroit, au bord d’une route, à un croisement ou près d’un pont. Ces lieux sont d’ailleurs, symboliquement, des passages entre notre monde et
l’au-delà.
Les gens qui témoignent l’avoir vue, disent qu’elle était seule, la nuit (en général vers minuit), et semblait avoir besoin d’aide. On dit d’ailleurs que ceux qui ont fait preuve de compassion, en la prenant dans leur voiture, échappent à un accident, alors que ceux qui ne se sont pas arrêtés en sont victimes.
Dans tous les cas, one ne distingue pas vraiment son visage et elle disparaît brusquement sans laisser de traces.

 

ghos.jpg

Le joueur de flute de Hamelin

sanctuarybyaseamlessbond.jpg 

Cette légende naît en 1284, en Allemagne, alors que la petite ville de Hamelin est infestée de rats, au grand désespoir de ses habitants et de son maire. Un jour, un joueur de flûte se présente comme étant un exterminateur de rats. Habillé d’un long manteau multicolore, il propose de débarrasser la ville des rats, moyennant finances. Le maire et les habitants de la ville acceptèrent sa proposition avec joie. L’homme sort sa flûte et à peine se met-il à jouer que les rats sortent des maisons, enchantés par cette musique. Il les entraîne ainsi en dehors de la ville, jusqu’au Weser, dans lequel ils plongent en masse et se noient. Sa tâche accomplie, l’homme retourne à la ville toucher son salaire mais les bourgeois refusent de le payer. Le flûtiste quitta la ville, le cœur plein d’amertume. Il y revint cependant le 26 juin, sous les traits d’un chasseur à l’allure effrayante, portant un chapeau rouge et étrange; pendant que tout le monde était à l’église, il sortit sa flûte de nouveau et commença à jouer dans les ruelles da la ville. Mais cette fois, ce sont les enfants qui arrivent en courant, ensorcelés par sa musique. Il les conduisit par la porte de l’est en continuant de jouer, et ils allèrent jusqu’à la montagne Koppelberg, où il disparut avec eux à jamais. Seuls deux enfants revinrent, car ils s’étaient attardés en chemin. L’un d’eux étant aveugle ne pu montrer l’endroit où les enfants étaient, l’autre étant muet ne put dire un seul mot. Un petit garçon étant revenu chercher sa redingote échappa lui aussi au malheur. Certains dirent que les enfants avaient été conduits à une grotte d’où ils ressortirent dans la région de Siebenbuergen. Selon la légende, ce jour-là, 130 enfants disparurent ainsi à jamais. 

Réalité ou fantaisie ?  La légende du joueur de flûte de Hamelin, histoire enfantine bien connue, a été immortalisée par le poète anglais Robert Browling. Il faut pardonner aux touristes qui visitent Hameln (son véritable nom en allemand) de croire que ce récit est une réalité historique. En effet, deux maisons du XVIe siècle portent des inscriptions rappelant l’enlèvement des enfants du 26 juin 1284, et la légende est régulièrement présentée dans la ville. Dans une certaine rue, même, la Bungenstrasse (qui serait le chemin emprunté par les petits ensorcelés), aucune musique n’est autorisée de peur de courroucer à nouveau le joueur de flûte. Et, jusqu’au XIXe siècle, deux croix se dressaient sur la montagne pour marqué l’endroit où les enfants disparurent.

Cependant, selon les témoignages écrits, il y aurait là une certaine confusion. Le plus ancien témoignage, qui remonte à 1450, ne relate que la disparition de 130 enfants. Ce n’est qu’au XVIe siècle que la chronique mentionne le joueur de flûte comme charmeur de rats.Selon des récits plus tardifs du XVIIe la date fatidique serait le 22 juillet 1376.

IMAGE – La demeure du joueur de flûte. La maison du charmeur de rats à Hamelin, en Allemagne fédérale: l’un des deux édifices de la ville qui porte des plaques commémorant l’enlèvement des enfants.

flute2.jpg

Bien que la différence jette le doute sur l’authenticité de l’histoire, le fait même qu’elle soit rapportée avec une telle précision porte à croire que la légende a un fond de vérité.

Ce n’est certes, ni la première ni la seule de son genre. Des récits remarquablement similaires se retrouvent dans le folklore de toute l’Europe et du Moyen-Orient. Mais contrairement aux autres contes similaires, celui de Hamelin donne des dates précises, quoique contradictoires.

Des armées qui disparaissent…

lebataillondenorfolkdisparaitsciencextra.jpg

Depuis des siècles, de nombreux cas de disparitions sont restés inexpliquées. En 1707, lors de la guerre de succession en Espagne, 4000 hommes qui partaient en guerre contre les armées de Philippe V, ne sont jamais réapparus de derrière la chaîne montagneuse des Pyrénées. Pourtant la bataille n’a jamais eu lieu ! Les expéditions Espagnoles qui partirent à la recherche du régiment n’ont retrouvé ni corps, ni armes ou ni bagages. En 1858, c’est un bataillon de 650 soldats qui disparu dans la forêt de Saïgon. Un autre bataillon qui les suivait à 2 km, n’a rien observé de particulier sur l’itinéraire commun emprunté !
Le bataillon de Norfolk- Le cas, le plus célèbre et le plus documenté est sûrement celui de la disparition du bataillon de Norfolk en 1915. Composé de 267 hommes, il défendait les positions Françaises et Anglaises contre les Allemands sur la presqu’île des Dardanelles (Mer noire). Dans cette région montagneuse, ils étaient partis prêter main forte à un corps d’armée Néo-Zélandais en difficulté.
Alors qu’ils s’enfonçaient dans la vallée, une autre compagnie de soldats du Commonwealth qui les observaient, furent témoins d’une étrange disparition. Ils virent descendre sur leurs camarades un épais nuage. Lorsque celui-ci se leva, le régiment avait disparu au fond d’une rivière asséchée. Un rapport sur ces évènements a été rédigé en 1917 (le rapport final de la commission des Dardanelles). Il évoque une étrange brume qui a recouvert le bataillon le 12 août, et suppose qu’il ait pu dissimuler des tranchées occupées par les Ottomans. Il relate également une bataille qui s’est déroulée à quelques kilomètres le même jour, et suggère que les morts du 5ème régiment étaient mêlés à ceux de cette bataille. 

Les témoignages douteux de trois vétérans – Trois témoins Néo-zélandais sont revenus sur l’évènement en 1965. Ils confirmèrent qu’aucun soldat n’était ressorti de la brume après environ trois quarts d’heures le 21 août… Mais le rapport évoque le 12 août et on accusa les véterants de s’être trompés en évoquant le 4ème régiment, alors qu’il s’agissait du 5ème.  Ces erreurs ont suffit à discréditer leurs témoignages aux yeux de nombreux sceptiques, qui ont conclu à la mort des soldats, suivie d’une putréfaction accélérée des corps sous une chaleur accablante. 

Autres cas – Ce phénomène se reproduisit une nouvelle fois en 1937, lorsque les armées Japonaises envahirent une grande partie de la Chine. Déterminé à résister devant l’occupant, Li Fu Sien (colonel Chinois) plaça deux bataillons le long du Yang Tsé. Le lendemain matin, un des bataillons composé de 3000 hommes avait complètement disparu, sans qu’aucune des sentinelles placées le long du fleuve n’aperçoivent le moindre mouvement de troupes. Les archives Japonaises confirmèrent qu’aucune bataille n’avait eu lieu ce jour précis, et qu’aucun homme n’avait été fait prisonnier. 

OVNI, vous y croyez ?

madonna11.jpg                          ovnis2018.gif

On a retrouvé des dessins à des époques très reculées dans toutes les parties du monde, et représentant de manière non ambiguë des êtres et des engins que nous pourrons sans problème qualifier d’extra-terrestres. Il ne faut pas oublier que les artistes préhistoriques dessinaient ce qu’ils avaient l’habitude d’observer.    

En tout cas, supposer que des extra-terrestres nous ont découvert subitement, il y a seulement 50 ans, c’est tout bonnement manquer de bon sens, étant donné que les civilisations extra-terrestres n’ont aucune raison de s’être développées en même temps que nous ni toutes à la même vitesse. Statistiquement, ils devraient nous avoir découverts il y a des dizaines de milliers d’années, voire des millions d’années, et d’autres devaient continuer de nous découvrir au cours des milliers d’années qui s’écoulèrent et continueront à nous découvrir.Il existe aussi des récits du moyen âge décrivant des boules lumineuses, des soucoupes et autres Ovnis, bien sûr en termes du moyen âge ainsi que quelques gravures accompagnant ces récits.

 Certaines peintures sont assez éloquentes. Faut il croire que des extra-terrestres nous visitent depuis des centaines de milliers d’années et continuent à le faire; et que manifestement, ils ne sont pas belliqueux, sans quoi nous ne serions plus là depuis longtemps pour nous poser cette question. À l’époque où l’ancien testament a été écrit, on observait des « colonnes de nuées et de feu », et récemment, un témoin d’Ovni a vu le phénomène sous forme de colonne de feu. Il y a quelques années, un témoin a observé un Ovni de forme très bizarre qui n’avait pas été répertoriée et dont la forme particulière figurait très exactement parmi des gravures rupestres anciennes.  

Alors faut il penser que les « soucoupes volantes » sont sorties droit de l’imagination ? 

martiens001.gif

Sequence Frissons : le chateau de Glamis

hhzakth6.jpg

Le château de Glamis considéré comme l’un des plus beaux d’Écosse se trouve au cœurs de fictions et légendes; d’après les histoires locales, il y aurait plus de sombres secrets à Glamis que dans tout autre château d’Écosse. Glamis se trouve dans la vaste et fertile vallée de Strathmore. Les terres entourant le château couvrent 14 000 acres (soit 57km²); on y trouve des jardins luxuriants avec des chemins pour les promenades, des cultures, des exploitations de bois et des troupeaux de bœufs.  En 1034, le roi Malcolm II décéda à Glamis. En 1372, le château de Glamis fut donné par Robert II d’Écosse aux seigneurs de Glamis, qui deviendront Comte de Strathmore et Kinghorne. Le comte est chef du Clan Lyon; la fille du 14ème Comte, Elizabeth Bowes-Lyon fut sacrée reine en 1937 et passa son enfance au château; c’est également là que naquis sa fille Margaret. On notera également la visite au château de Marie, reine d’Écosse, 1562. 

Sur le plan architectural, le château a subi de nombreuses transformations. Restauré en profondeur au 17ème et XVIIIe siècle, le château était basé sur une maison-tour que l’on peut maintenant trouver au centre.

Légendes 300px00105cad602907324f4403ecosse.jpg

Le monstre de Glamis- La légende la plus connue est celle du Monstre de Glamis, un enfant affreusement difforme des comtes de Strathmore et Kinghorne. Selon l’histoire, il aurait été gardé reclus dans le château toute sa vie, et ses chambres murées après sa mort. Une version alternative de la légende serait qu’un vampire né à chaque génération de la famille et est gardé à l’intérieur des murs de ces chambres. Une vieille histoire raconte que des invités auraient accrochés des serviettes aux fenêtres de chaque pièce pour tenter de trouver les chambres murées du monstre. Lorsqu’ils regardèrent le château de l’extérieur, de nombreuses fenêtres n’auraient pas montré les serviettes. Cette légende peut être inspirée par l’histoire réelle des Ogilvie. Quelque part dans les murs épais de presque cinq mètres se trouve une chambre remplie de crânes, où la famille Ogilvie cherchant protection contre le Clan Lindsay serait morte de faim emmurée. Enfin, un autre monstre aurait habitué dans le Loch Calder à proximité de Glamis.   

La dame grise Une petite chapelle se trouve dans le château avec des sièges pour 46 personnes. L’histoire donnée aux visiteurs par les guides du château prétend qu’un siège est toujours réservé pour la dame grise (Grey Lady), un fantôme qui habiterait le château et que l’on penserait être Janet Douglas, épouse du 6ème seigneur de Glamis; accusée de sorcellerie, elle fut torturée pour avouer puis brûlée sur le bûcher. D’après les guides, la chapelle est toujours utilisée régulièrement par la famille mais personne n’a le droit de s’asseoir sur le siège de la dame grise. David Bowes-Lyon, 14ème comte de Strathmore et Kinghorne, se promenant sur la pelouse une nuit après le souper, déclara avoir vu une fille s’agrippant aux barreaux d’une fenêtre et regardant fixement dans la nuit. Alors qu’il allait lui parler, elle disparu soudainement, comme si quelqu’un l’avait arrachée de la fenêtre. 

Jouer aux cartes avec le diable Earl Beardie était invité au château. Une nuit, il demanda à jouer aux cartes alors qu’il était ivre et ses hôtes refusèrent comme c’était le jour du sabbat. Furieux, il déclara qu’il jouerait aux cartes avec le diable lui-même. Un inconnu se présenta au château et demanda si Beardie souhaitait un partenaire aux cartes. Ils commencèrent à jouer dans une des chambres et, plus tard, les serviteurs entendirent des hurlements et des malédictions proférées dans la chambre. L’un jeta un coup d’œil à travers le trou de la serrure et l’histoire raconta qu’un jet de lumière l’aurait blessé. L’inconnu disparut, emportant l’âme de Beardie avec lui. De nombreuses personnes prétendent avoir entendu des cris et le bruit des dés; on prétend que le comte continuerait de jouer aux cartes avec le diable 

Glamis dans la fiction Dans la tragédie Macbeth de Shakespeare, le personnage de MacBeth réside au château de Glamis..   Kelley Armstrong auteur canadienne de fantasy, utilise le château dans son roman Haunted (2005). La légende du monstre de glamis y est reliée au démon Dantalion, grand duc des enfers. La légende du monstre est également reprise par Grant Morrison, scénariste écossais de comics, dans sa série The Invisibles


123

avril 2020
L Ma Me J V S D
« mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Categories

Derniers commentaires

  • Album : Alaska
    <b>img0314.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 3 visiteurs en ligne

Auteur : Beatrice

Auteur : Beatrice

MERCI DE VOTRE VISITE

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


shimacreations |
Mes Passions |
الهـ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | galerie de peinture marc
| scratch.
| perles de la pensée