• Accueil
  • > Archives pour février 2011

Archives pour février 2011

Je vous souhaite une belle semaine…

ea9a4f0f.gif

Je mets mon blog en pause pour une petite durée indéterminée, mais rassurez – vous, je vais bien !

Juste de nouvelles occupations en ce moment et donc du mal à tout gerer…

Bisous à tous et à bientôt .

Citation

faded34lbk5.jpg

On rencontre sa destinée
Souvent par les chemins qu’on prend pour l’éviter.
Jean de la Fontaine

Art Tibétain

Art Tibétain dans ARTS DIVERS : 1101210423411066577506425

1101210423411066577506426 dans ARTS DIVERS :

1101210423411066577506427

1101210423411066577506428

1101210423421066577506431

 

La première femme avocat

En cours d’Histoire du Droit, on apprend que la première femme-avocat s’appelait Mademoiselle Chauvin. 

En fait, elle n’était pas la première…Le mot « étudiante » n’existe pas à la fin du dix-neuvième siècle.
Enfin, pas dans le sens où nous l’entendons aujourd’hui.
Une étudiante à l’époque est celle qui couche avec un étudiant, elle n’étudie rien.

L’année scolaire 1884-1885 fut marquée par l’arrivée de la roumaine Sarmiza Bilescu en Faculté de Droit.

2.jpg Le Conseil de Faculté fut appelé à statuer pour savoir si elle pouvait ou non assister aux cours.
L’autorisation fut accordée, mais pas à l’unanimité.
Peu importe, c’est donc accompagnée d’un chaperon (sa mère ou son mari) qu’elle s’installera sur les bancs de la faculté. Première licenciée en Droit en 1887, elle obtiendra sa thèse en 1890 (de la condition légale de la mère).
Qu’en est-il de la française Jeanne Chauvin?

Difficile de ne pas parler de Mademoiselle Chauvin.
Elle a été reconnue comme étant la première femme-avocat en France.
Mais la réalité est tout autre…

Elle obtiendra sa thèse en 1892 : Des professions accessibles aux femmes en Droit Romain et en Droit Français, qu’elle passera dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. Docteur en droit, elle ne peut ni plaider, ni prêter serment puisqu’elle ne jouit pas de droits politiques.
Jeanne Chauvin va donc demander, le 24 novembre 1897, son inscription au Barreau de Paris devant la Première Chambre de la Cour d’appel de Paris.
Dans un arrêt du 30 novembre 1897, la Cour déclara la requête de Jeanne Chauvin irrecevable.
Il ne lui reste alors que la voie parlementaire.

C’est ainsi que le 30 juin 1899, on devait débattre à la Chambre des députés de la proposition de loi déposée par René Viviani et plusieurs collègues avocats, ayant pour objet de permettre aux femmes d’exercer la profession au nom du « principe de l’égalité d’accès à la profession d’avocat, à égalité de diplôme ».
Deux ans de discussion avant qu’une loi entre en vigueur. Les arguments « contre » étaient intéressants : certains craignaient que ce soit la fin de toute une ère, voire de la famille bourgeoise, et qu’il faudrait penser à supprimer la présomption de paternité (si, si).
De nombreuses caricatures peignaient avec effroi un monde où les femmes exerceraient tous les métiers masculins en corset et porte-jarretelles et où les hommes, réduits à leur caleçon et maillot de corps, se retrouveraient avec la préparation de la nourriture et l’emmaillottage des bébés…

C’était le début de la fin en quelque sorte.

Cela dit, la loi passa le 1er décembre 1900. Mais ce ne fut pas Jeanne Chauvin qui prêta serment la première.

Madame Petit, première femme-avocat.

42293.jpg

C’est un nom français, direz-vous, effectivement.
Dans certains livres il est dit que le prénom de cette illustre oubliée de l’Histoire est inconnu. En fait, il s’agit de : Olga. Une russe. Il paraît que plus d’un tiers des étudiantes inscrites à l’université de Paris de 1905 à 1913 sont étrangères. Il y avait tant de femmes de l’Est en France (notamment de Pologne, Russie, Roumanie) qu’elles suffirent à alimenter une « Revue de femmes russes » (1896-1897).
Donc Olga Petit prêta serment le 6 décembre 1900, soit 24 heures après la promulgation à L’Officiel de la loi. Un avocat présent et journaliste au Figaro fit l’éloge dans son article du 6 décembre 1900 à la discrétion, à l’élégance de la robe de Madame Petit, qu’elle avait confectionnée elle-même, et à son émotion compréhensible quand elle prononça d’une « voix légèrement étranglée  par l‘émotion» le « je le jure ».

Jeanne Chauvin prêtera serment le 19 décembre 1900. Si elle ne fut pas la première femme-avocat (il paraît que ce serait dans un souci de patriotisme purement français qu’on a affirmé le contraire), ce fut elle qui eut le courage et le mérite de se battre pour obtenir le droit d’exercer cette profession.

*Le mot « avocate » n’existe que depuis 1999

(Source Lilamarine).

Bon week end à tous !

2189.jpg

WWF

Nouvelle campagne de sensibilisation pour la WWF – World Wide Fund for Nature avec ce spot, nommé We Are All Connected.  

Image de prévisualisation YouTube

Bon vendredi

0366960e.gif

Nuages

En forme de dragon

20insolite16.jpg

Mammutus : nuages rares…

mammatus01.jpg

Ces nuages rares, appelés gloires du matin, peuvent faire 1 000 kilomètres de long et se condensent généralement à une altitude de l’ordre de 2 kilomètres. Bien que des nuages en rouleaux aient déjà été observés à travers le monde, ceux qui barrent le ciel de Burketown, dans le Queensland, en Australie, se produisent chaque printemps. Ces longs tubes horizontaux se forment peut-être lorsque de l’air humide en train de se refroidir rencontre une couche d’inversion de température, où la température monte avec l’altitude contrairement à ce qu’on observe généralement. Ces tubes et l’air qui les environne peuvent provoquer de très dangereuses turbulences pour les avions. Les gloires du matin peuvent se déplacer jusqu’à une vitesse de 60 km/h alors qu’au sol on ne ressent aucun vent.

Ces gloires du matin ont été photographiées par Mick Petroff depuis son avion tandis qu’il se trouvait non loin du Golfe de Carpentarie, en Australie 

lesnuagesgloiredumatin.jpg

L‘arcus : ce nuage est en forme de rouleau. Ses apparitions sont extrêmement rares et c’est au dessus de la ville de Maldonado en Uruguay qu’il a été photographié.
Les arcus se forment à quelques centaines de mètres du sol en même temps qu’un orage. Ils peuvent atteindre une longueur de plusieurs kilomètres.
Malgré leur imposante stature, ces nuages sont inoffensifs.
Ce phénomène est si rare que la NASA en a fait une page du jour sur le net.

arcus.jpg

La malédiction du Diamant de l’Espoir

image575.pngSi l’on en croit la légende, le fabuleux diamant connu sous le nom de diamant de l’Espoir, qui ornait jadis une idole indienne, aurait été dérobé par un prêtre hindou. On raconte que le pauvre prêtre aurait été torturé et mis à mort pour son crime.

La pierre précieuse, censée porter malheur, réapparut en Europe en 1642 entre les mains d’un contrebandier français du nom de Jean-Baptiste Tefernier. Il la vendit avec d’énormes bénéfices mais laissa son fils prodigue dépenser le plus gros de sa fortune. Il devait finir déchiqueté par des chiens enragés aux Indes, où il était parti reconstituer sa fortune.

image576.pngLa pierre entra ensuite en possession de Louis XIV qui la fit tailler à nouveau, la ramenant ainsi de 112,5 carats à 67,5 carats. Cette réduction ne lui ôta pas son sort maléfique. Nicolas Fouquet, qui l’avait emprunté pour un dîner officiel, fut reconnu coupable de détournement de fonds et emprisonné à vie. Il mourut dans sa prison. La princesse de Lamballe, qui portait souvent le diamant, tomba plus tard sous les coups d’une foule parisienne enragée. Le roi lui-même mourut ruiné et politiquement affaibli, son royaume épuisé. Louis XVI et Marie-Antoinette qui héritèrent ensuite du diamant finirent leurs jours sous le couperet de la guillotine.

 image582.pngEn 1830, le bijou, désormais historique, fut acheté par un banquier londonien du nom de Henry Thomas Hope, qui le paya 150 000 dollars. Il connut rapidement des revers de fortune et l’un de ses petits-fils devait mourir ruiné. Un de ses derniers héritiers se débarrassa enfin du bijou en le vendant. Dès lors, pendant seize ans, la pierre passa de main en main.

image577.pngDans celles, entre autres, du Français Jacques Colet qui se suicida et du prince russe Ivan Kanitovitch qui mourut assassiné. En 1908, le sultan turc Abdul Hamid paya 400 000 dollars pour l’Espoir qu’il s’empressa d’offrir à sa concubine préférée, Subaya et fut lui-même renversé. Ce fut Simon Montharides qui en devint ensuite propriétaire. Sa voiture se renversa, le tuant sur le coup en même temps que sa femme et sa petite fille.

image580.png

Le diamant traversa ensuite l’Atlantique et tomba entre les mains du magnat de la finance Ned Mc Lean qui l’acheta pour la somme dérisoire de 154 000 dollars. Son fils Vincent se tua peu de temps après dans un accident de voiture et sa fille mourut d’une overdose. La femme de Mc Lean s’adonna à l’héroïne et lui-même finit ses jours dans un asile. Il mourut en 1947, laissant le douteux héritage à ses petits-enfants, dont la petite Evalyn, âgée de cinq ans.

 image579.png

Deux ans plus tard, la famille Mc Lean vendit le diamant à Harry Winston, un marchand de pierres précieuses. Winston en fit don au Smithsonian Institute où il se trouve encore. Sa malédiction n’agit peut-être pas sur les institutions comme sur les individus ou est peut-être venue s’éteindre avec Evalyn Mc Lean, l’un des six petits-enfants de Mac Lean, que l’on trouva morte dans son appartement de Dallas le 13 décembre 1967. Elle avait 25 ans et l’on n’a jamais su la cause réelle de son décès.


Extrait de « Les Phénomènes étranges du monde » de Charles Berlitz

Bonne journée !

183468.jpg


123456

février 2011
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

Categories

Derniers commentaires

  • Album : Alaska
    <b>img0314.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur : Beatrice

Auteur : Beatrice

MERCI DE VOTRE VISITE

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


shimacreations |
Mes Passions |
الهـ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | galerie de peinture marc
| scratch.
| perles de la pensée