• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 1 juin 2010

Archives pour 1 juin, 2010

Bonne journée

fantasy2702399757.jpg

La nature est musique

2925207dccb04292.jpg

Sale temps pour les ours

banquise.jpg

L’ours polaire, mammifère au sommet de sa pyramide alimentaire, est totalement adapté pour régner sur l’arctique. Sa fourrure blanche lui sert de camouflage tandis que sa peau noire capte la chaleur et sa morphologie est parfaite pour en faire un animal aussi bien terrestre qu’aquatique. Le male pèse entre 500 kg et 1000 kg, la femelle est plus petite (environ 2 fois moins grosse). Cependant, la survie de l’ours polaire est menacée par le réchauffement climatique. On retrouve de plus en plus d’ours noyés, mangés par leurs congénères, malades, faibles…. « Le poids des ours blancs aujourd’hui est en moyenne 50% inférieur à leur poids dans les années 1970″ selon la National Geographic Society.

Les causes :

ourspolaire620x465.jpg

-L’augmentation de la température de l’air et des océans :

Le réchauffement climatique provoque une diminution de la surface et de l’épaisseur de la banquise. De plus, elle fond plus tôt et se reforme plus tard, ce qui laisse moins de temps aux ours pour trouver et faire des réserves de nourriture : la période de jeun est trop longue (l’ours se nourrit principalement de phoques sur la banquise en hiver), impliquant une perte de poids (donc d’énergie) et de graisse (donc de résistance au froid). « Chaque fois que les glaces se disloquent avec une semaine d’avance, les ours arrivent à terre avec un poids diminué d’environ dix kilos » selon le Dr. Ian Stirling, spécialiste de l’ours polaire. La fonte de la banquise implique aussi que l’ours polaire doit nager de plus en plus loin en automne pour quitter les terres et rejoindre la banquise, ce qui lui demande plus d’énergie, quand il ne se noie pas…

-La chasse :

L’ours blanc est chassé par les Inuits, qui s’en servent de nourriture et les chasseurs de trophées qui se sentent valorisés à l’idée d’affronter cette force de la Nature… Les Etats-Unis interdisent aujourd’hui l’importation de trophées d’ours blancs, et les cinq territoires peuplés par des ours polaires (les États-Unis, le Canada, la Norvège, le Danemark et la Russie) ont signés l’Accord d’Oslo, qui, entre autres choses, vise à restreindre cette chasse aux trophées en interdisant la chasse depuis les engins volants, les brise-glace et en la limitantaux autochtones, sur le principe de sauvegarde de leur culture : « les inuit ont toujours chassé l’ours blanc…. »

-La pollution :

La pollution des océans et de toute la chaîne alimentaire finit par atteindre l’ours polaire : On retrouve des taux très élevés de polluants et en l’occurrence de mercure chez les ours et les populations locales : D’abord absorbé par le phytoplancton, ensuite le poisson, puis les phoques et enfin les ours. L’accroissement des anomalies congénitales chez l’ours et les autochtones en est directement lié.

ourspolaire3.jpg

En France…

ours2.jpg

En 2004, la dernière ourse sauvage de France était tuée par un chasseur dans les Pyrénées. Cannelle est morte en défendant son petit, un des derniers mâles de souche pyrénéenne.

L’ours est un animal discret, rares sont ceux qui parviennet à le voir. Longtemps hommes et ours ont coexisté sans problème. Les forêts et les hauts paturages produisent des glands qui nourrissent les ours depuis des milliers d’années.

Il en reste une douzaine dans les pyrénées centrales moins de cinq dans les pyrénées occidentales. Cette poignée de survivants vaquent de la France à l’Espagne sans se soucier de la frontière.

Les ours bruns inspirent aux résidents des petites villes et villages des sentiments mitigés. Quelques défenseurs des ours  pensent qu’ils peuvent représenter un atout économique car les gens sont prêt  à venir de loin pour tenter d’en voir un ou tout simplement pour séjourner au pays des ours.

Beaucoup d’éleveurs sont opposés à la réintroduction des ursidés dans les pyrénées par crainte que le mammifère ne tue et ne mange leurs bêtes. En juin 2009, le prefet de région indiquait que 17 demandes de dédommagement avaient été déposées pour pertes dues aux ours, contre 65 en 2007 et 39 en 2008. De plus, les propriétaires de troupeaux reçoivent une compensation si une de leurs bêtes est tuée par un ours et  le gouvernement met à leur disposition des moyens de protéger le bétail, comme des clotures électriques et barrières amovibles mais beaucoup refusent cette aide parce qu’à leurs yeux l’accepter signifierait qu’ils encouragent la réintroduction des ours…

Les Pyrénées : 1 demi million de moutons contre un vingtaine d’ours au grand maximum…

Sans une politique d’immigration , l’extinction des ours bruns est certaine. La prochaine mère ourse dans la région des pyrénées devra être importée des terres vierges de Slovénie et il faudra que l’histoire recommence, peut être avec un des rejetons de Cannelle !

 



juin 2010
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Categories

Derniers commentaires

  • Album : Alaska
    <b>img0314.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Auteur : Beatrice

Auteur : Beatrice

MERCI DE VOTRE VISITE

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


shimacreations |
Mes Passions |
الهـ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | galerie de peinture marc
| scratch.
| perles de la pensée