Archives pour mars 2010


123456

Mes plus belles couleurs, pour vous

jaimismesplusbellescouleurspourvousrollierkenyaa19007144.jpg

Le joueur de flute de Hamelin

sanctuarybyaseamlessbond.jpg 

Cette légende naît en 1284, en Allemagne, alors que la petite ville de Hamelin est infestée de rats, au grand désespoir de ses habitants et de son maire. Un jour, un joueur de flûte se présente comme étant un exterminateur de rats. Habillé d’un long manteau multicolore, il propose de débarrasser la ville des rats, moyennant finances. Le maire et les habitants de la ville acceptèrent sa proposition avec joie. L’homme sort sa flûte et à peine se met-il à jouer que les rats sortent des maisons, enchantés par cette musique. Il les entraîne ainsi en dehors de la ville, jusqu’au Weser, dans lequel ils plongent en masse et se noient. Sa tâche accomplie, l’homme retourne à la ville toucher son salaire mais les bourgeois refusent de le payer. Le flûtiste quitta la ville, le cœur plein d’amertume. Il y revint cependant le 26 juin, sous les traits d’un chasseur à l’allure effrayante, portant un chapeau rouge et étrange; pendant que tout le monde était à l’église, il sortit sa flûte de nouveau et commença à jouer dans les ruelles da la ville. Mais cette fois, ce sont les enfants qui arrivent en courant, ensorcelés par sa musique. Il les conduisit par la porte de l’est en continuant de jouer, et ils allèrent jusqu’à la montagne Koppelberg, où il disparut avec eux à jamais. Seuls deux enfants revinrent, car ils s’étaient attardés en chemin. L’un d’eux étant aveugle ne pu montrer l’endroit où les enfants étaient, l’autre étant muet ne put dire un seul mot. Un petit garçon étant revenu chercher sa redingote échappa lui aussi au malheur. Certains dirent que les enfants avaient été conduits à une grotte d’où ils ressortirent dans la région de Siebenbuergen. Selon la légende, ce jour-là, 130 enfants disparurent ainsi à jamais. 

Réalité ou fantaisie ?  La légende du joueur de flûte de Hamelin, histoire enfantine bien connue, a été immortalisée par le poète anglais Robert Browling. Il faut pardonner aux touristes qui visitent Hameln (son véritable nom en allemand) de croire que ce récit est une réalité historique. En effet, deux maisons du XVIe siècle portent des inscriptions rappelant l’enlèvement des enfants du 26 juin 1284, et la légende est régulièrement présentée dans la ville. Dans une certaine rue, même, la Bungenstrasse (qui serait le chemin emprunté par les petits ensorcelés), aucune musique n’est autorisée de peur de courroucer à nouveau le joueur de flûte. Et, jusqu’au XIXe siècle, deux croix se dressaient sur la montagne pour marqué l’endroit où les enfants disparurent.

Cependant, selon les témoignages écrits, il y aurait là une certaine confusion. Le plus ancien témoignage, qui remonte à 1450, ne relate que la disparition de 130 enfants. Ce n’est qu’au XVIe siècle que la chronique mentionne le joueur de flûte comme charmeur de rats.Selon des récits plus tardifs du XVIIe la date fatidique serait le 22 juillet 1376.

IMAGE – La demeure du joueur de flûte. La maison du charmeur de rats à Hamelin, en Allemagne fédérale: l’un des deux édifices de la ville qui porte des plaques commémorant l’enlèvement des enfants.

flute2.jpg

Bien que la différence jette le doute sur l’authenticité de l’histoire, le fait même qu’elle soit rapportée avec une telle précision porte à croire que la légende a un fond de vérité.

Ce n’est certes, ni la première ni la seule de son genre. Des récits remarquablement similaires se retrouvent dans le folklore de toute l’Europe et du Moyen-Orient. Mais contrairement aux autres contes similaires, celui de Hamelin donne des dates précises, quoique contradictoires.

Bonne journée

20bfc20fcc9eb179aa9a286ac4da2709.jpg

Silence !

silencebyspider2man1.jpg 

Le silence descend en nous,
Tes yeux mi-voilés sont plus doux ;
Laisse mon coeur sur tes genoux.

Sous ta chevelure épandue
De ta robe un peu descendue
Sort une blanche épaule nue.

La parole a des notes d’or ;
Le silence est plus doux encore,
Quand les coeurs sont pleins jusqu’au bord.

Il est des soirs d’amour subtil,
Des soirs où l’âme, semble-t-il,
Ne tient qu’à peine par un fil…

Il est des heures d’agonie
Où l’on rêve la mort bénie
Au long d’une étreinte infinie.

La lampe douce se consume ;
L’âme des roses nous parfume.
Le Temps bat sa petite enclume.

Oh ! s’en aller sans nul retour,
Oh ! s’en aller avant le jour,
Les mains toutes pleines d’amour !

Oh ! s’en aller sans violence,
S’évanouir sans qu’on y pense
D’une suprême défaillance…

Silence !… Silence !… Silence !…

Albert SAMAIN

Bonne journée

bonmercredifautpaslacher.jpg

La magie des arbres

magicaltreebykokoszkaa.jpg

Les arbres peuvent être une source d’énergie subtile, d’illumination ou même de guérison.
Ils sont aussi un symbole ancestral de Beauté et de Liberté.
De nombreuses traditions conseillent de parler aux arbres, de les toucher ou de méditer sous leur ombrage.
C’est le cas chez les Celtes (magie druidique),chez les bouddhistes taoïstes,chez les Amérindiens… 

Tradition thibétaine:
Voyez cet homme en posture sous ce vieux chêne?
C’est Tulku Thondup.
Ecoutez ses paroles
:

« Portez toute votre attention sur la masse de leurs feuilles vertes,peut-être parée de fleurs, de fruits, de graines ou de noix.
Regardez de plus prés une feuille ou un fruit particulier, appréciez leur beauté et leur vitalité.
L’arbre plonge ses racines dans le sol comme des ancres.
Appréciez sa force et sa stabilité, comparables à celles d’une montagne. Sa flexibilité également, ses branches qui bougent et se balancent gracieusement dans le vent, le jour, la nuit, comme si elles effectuaient une danse de célébration.
Ouvrez votre conscience à la force, à la beauté et à la magnificence des arbres, et une sensation de bien-être et de force surgira spontanément en vous.
Vous pouvez aussi puiser l’énergie bienfaisante d’un arbre en vous asseyant, immobile,au dessous ou à coté de lui, ou en entourant son tronc de vos bras.
L’arbre par ses racines,est relié au pouvoir de la terre, et par ses feuilles et ses branches aux forces du cosmos.Le tronc est un pont vivant entre les forces solaires du haut et la terre en bas.
Les branches qui se propagent vers l’extérieur représentent la nature qui donne et reçoit.
En silence demandez à l’arbre de vous laisser faire l’expérience de son énergie.
Puis sentez, en touchant doucement le tronc que vous vous reliez à cette énergie naturelle.
Sentez en même temps votre propre énergie s’élever en vous.Reconnaissez les forces bienfaisantes que vous percevez, réjouissez vous de tous les sentiments positifs qui surgissent en vous… »

En suivant les principes de cet exercice vous pourrez extraire les énergies bienfaisantes de tous les éléments de la nature. L’arbre cosmique a été représenté sous les traits de diverses essences selons les peuples et les traditions:
Chêne celtique,Tilleul germanique, Frène scandinave, Olivier de l’Orient, Mélèze ou Bouleau des peuples nordiques.
Ou encore comme embléme de nations modernes:Erable à sucre du canada, Cédre du Liban, Bouleau jaune du Québec.
C’est enfin le sapin de Noêl, déversant ses présents matériels sur les enfants des temps modernes
(En 1850 plus de 250 arbres étaient encore l’objet de consécration dans un département comme l’Oise)

A lui seul, l’arbre représente les quatre éléments de l’alchimie, donc la vie : eau, air, terre, feu, et même bois, si l’on se réfère à la tradition chinoise. Il est forcément l’axis mundi, l’axe du monde, le lien étroit qui relie ciel et terre. 

Je fais le poireau !

charivari45.jpg

Au milieu du XIXe siècle, l’expression n’était pas « faire le poireau » mais « planter son poireau ». Elle semble provenir de la locution « rester planté », qui sous-entend l’immobilité et l’inactivité. « Faire le poireau » signifie que l’on reste droit et immobile à attendre longuement.

Serie animalière II

foxbysubaru09.png

aloneunderwaterbymctaubin.jpg

duckysbypandawicked1.jpg

infamilybysilentspring.jpg

paintedturtlebybroccoguy1.jpg

imageanimeeanimauxdrole18.gifAh, celle-la , je la connais !

 

Bonne journée et biz à tous !

aab8fb6ffd1ac5c1b28185e258e801cb.jpg

ohlifebyc0nch1.jpg

Quel Charivari !

superstock14431046.jpg

Voici une ancienne forme de justice populaire par laquelle les membres d’une communauté expriment leur désapprobation à l’égard de ceux mettant en péril les valeurs de leur société.

Une certaine nuit de mai 1950, une cacophonie de bruits divers et d’insultes se fait entendre devant la petite auberge du Pays basque espagnol. Derrière les volets clos, deux amants, mariés chacun de leur coté, cachent leur honte : leur précieux secret à été découvert. Le vacarme se calme peu à peu et ses auteurs se dispersent dans l’obscurité.  Or, cette façon d’agir ne dénote pas simplement une protestation envers un comportement immoral, elle s’inscrit dans une tradition vieille de plusieurs millénaires et implantée dans de nombreuses régions rurales de l’Europe. Le charivari, ou « confusion de bruit », est une forme de justice populaire par laquelle les membres d’une communauté expriment leur désapprobation à l’égard des mariages ou de couples mettant en péril les valeurs de leur société. Il vise les adultères, les maris dominés par leur femme, et les veufs ou les veuves trop vite remariés ou prenant un nouveau conjoint trop jeune. 

Un chœur de désapprobation Ce chœur de désapprobation prend généralement la forme d’une symphonie tapageuse jouée sur des casseroles, des cors, des cloches, des sifflets et des tambours, et accompagnée de slogans vulgaires et d’insultes. Parfois, la victime assise à l’envers sur un âne, est promenée dans les rues sous les huées des badauds, voir sous une pluie de tripailles. 

La « chasse à courre du Devon », elle, était jadis pratiquée dans le sud de l’Angleterre. Un homme déguisé en cerf est poursuivi par ses compagnons aboyant comme une meute. Lorsque la «chasse » arrive devant la maison du coupable, elle barbouille abondamment de sang le pas de la porte. 

Le charivari, bruyante manifestation d’origine française accompagnant les mariages, se pratique sous diverses formes et différentes appellations dans la plupart des pays européens et s’est étendue au Canada et aux Etats-Unis, où il s’appelle communément « sharivaree ». 

Ces farces carnavalesques ont cependant un coté sérieux. Lorsque les passions sont exacerbées, elles peuvent déchaîner la violence. Après l’incident Pays basque, un fermier du nom d’Agarra prend son fusil. Il tue un homme et en blesse deux autres, puis se pend. Il avait été jadis l’objet d’un charivari et ne supportait pas de voir d’autres punis par la même « justice ». 

Extrait du livre: Facts and fallacies ( Sélection du Reader’s Digest )


123456

mars 2010
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Categories

Derniers commentaires

  • Album : Alaska
    <b>img0314.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 3 visiteurs en ligne

Auteur : Beatrice

Auteur : Beatrice

MERCI DE VOTRE VISITE

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


shimacreations |
Mes Passions |
الهـ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | galerie de peinture marc
| scratch.
| perles de la pensée