• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Archives pour janvier 2010


123

Légendes du Perce-neige

p1050172.jpg

Le perce-neige est une jolie petite fleur blanche. Elle est la première à fleurir et annonce la fin de l’hiver. 

Pourquoi des légendes pour une si modeste plante ? 

L’hiver est une saison qui éprouvait, plus qu’on ne peut aujourd’hui l’imaginer, nos ancêtres et qui symbolise pour cela le désespoir. Sa fin est attendue avec impatience et fêtée à la hauteur de l’évènement Probablement nos ancêtres utilisaient-ils un « calendrier floral » pour se repérer dans l’année. Par sa date de floraison le perce-neige est le messager naturel du printemps. Il n’est donc pas étonnant de le trouver associé à ces fêtes traditionnelles du printemps et aux légendes qui les expliquent, légendes où oeuvrent des êtres divins réglant les saisons. 

Le perce-neige symbolise donc la victoire de la fée Printemps sur un hiver mortifère comme l’exprime des légendes de la tradition Roumaine. Il est l’espoir retrouvé comme c’est évident dans une légende chrétienne (ou christianisée) qui met en scène nos premiers parents chassés de l’Eden consolés par un ange. Il est symbole de pureté dans la chandeleur

En voici quelques unes , entre autres :

Martisor et les légendes de Roumanie – Moldavie et Bulgarie  Le perce-neige est étroitement lié à Martisor, la fête du printemps qui se célèbre le 1er mars en Roumanie, Moldavie et Bulgarie. Cette fête évoque également notre Saint-Valentin: Les hommes offrent aux femmes des martisors, porte-bonheur en forme de broche ou de pendentif comprenant notamment deux fils torsadés, rouge et blanc. Martisor verrait ses origines remonter à de plus de 2000 ans. D’innombrables légendes et traditions s’y rattachent. 

Légende de la fée Printemps  : Il y a fort longtemps, un premier mars, un beau perce-neige, blanc et gentil, sortit de dessous la neige dans la forêt. Le vent d’hiver le vit, se mit en colère et déclencha une tempête de neige sur la fleur. Le gentil perce-neige mordu par le froid cria. La bonne fée Zina Primavara entendit la fleur sangloter et lui demanda : « Pourquoi pleure-tu ? » – « Je suis couvert de neige et meurs de froid » répondit le perce-neige. La fée Primavara ôta la neige de sur la fleur. Tandis qu’elle faisait cela elle se blessa au doigt contre un petit caillou tranchant caché à coté du perce-neige. Son sang tomba sur la racine de la fleur, la réchauffant, et le perce-neige revint à la vie. Une autre goutte de sang tomba sur les pétales qui devinrent rouges. Aussitôt un autre perce-neige, blanc, poussa à coté de lui. « C’est ainsi que les deux inséparables clochettes, la rouge et la blanche, devinrent à la fois le symbole du printemps, de l’amour et de l’espoir appelé Martisor » 

Fêtes et légendes chrétiennes La chandeleur : La chandeleur, comme fête chrétienne, s’est superposée à des fêtes préexistantes puis les a remplacées. Les romains fêtaient les Parentalia en l’honneur de Proserpine, Pluton et des morts, ainsi que les Lupercales en l’honneur de Pan. (Cette dernière fête est aussi à l’origine de
la Saint Valentin.) Tandis que ces divinités seront satanisées par le christianisme, les flambeaux romains seront remplacés par les cierges qui donnent leur nom à la fête chrétienne. Ailleurs, d’autres fêtes subiront la même substitution, par exemple en Irlande où la déesse Brighde deviendra Sainte Brigitte tandis que sa fête correspondra à la chandeleur. La chandeleur correspond à la tradition judaïque de la présentation de l’enfant (Jésus) au temple et la fête des relevailles c’est à dire la purification de l’accouchée (Marie) au 40e jour. 

Le perce-neige symbole de pureté : « Le perce-neige blanc d’albâtre devint un symbole de la pureté de Marie et était appelé la Fleur dela Purification parce qu’il fleuri le 2 février, Fête de la Purification de Marie.
En Italie et autres pays d’Europe la statue de Marie était enlevée de l’autel en ce jour et des perce-neige étaient répandus à son emplacement. Ce jour était également la fête de la présentation de Jésus au temple. Les fleurs furent appelées Cloches de la Chandeleur (Candlemas Bells) après que la cérémonie de bénédiction des chandelles (candles) ai débutée, tardivement au 8e siècle, et le 2 février devint connu comme jour de la Chandeleur (Candlemas Day) » 

Le Perce-Neige , Violette de la Chandeleur,  Perce, perce, perce-neige, Annonces-tu la Chandeleur,  Le soleil et son cortège De chansons, de fruits, de fleurs ?  Perce, perce, perce-neige A la Chandeleur.  Poème de Robert Desnos (1900-1945) 

Une Genèse anglaise : Les larmes d’Eve

La genèse et le perce-neige : Adam et Eve, bannis du Jardin d’Eden, se retrouvent dans un paysage hivernal stérile. Ils errent sans fin dans la tempête de neige, frigorifiés, terrorisés et démoralisés. Eve pleure. 

Dieu prit pitié et envoya un ange pour les réconforter et les assurer de l’approche du printemps. Tandis qu’il parle avec Eve, l’ange attrape un flocon de neige dans sa main, souffle dessus et créé le premier perce-neige. La plante fleurit et l’espoir était né. 

Variante (entre autres

- L’ange ramasse une poignée de neige et la répand à terre. Partout où la neige tombée de sa main touche le sol des perce-neige jaillissent et fleurissent. 

Note: le perce-neige est encore connu sous les noms de « Eve’s tears » (larmes d’Eve) et de « white tear ».

La même légende est signalée en Italie. 

HIVER et son manteau blanc

hiver.gif

L’amitié

gifsanimauxamiti.gif

       

Chacun se dit ami : mais fou qui s’y repose ;rien n’est plus commun que le nom, rien n’est plus rare que la chose.Jean de La Fontaine  

Les amitiés, comme les mariages, dépendent de la faculté de pardonner l’impardonnable.John Mac Donald – Ecrivain américain 

Qui néglige les marques de l’amitié, finit par en perdre le sentiment.  William Shakespeare 

Amitié, doux repos de l’âme, crépuscule charmant des cœurs. De Lamartine 

L’on ne peut aller loin dans l’amitié, si l’on n’est pas disposé à se pardonner les uns les autres les petits défauts Jean De La Bruyère 

Celui qui n’est plus ton ami ne l’a jamais été. Aristote 

On voit qu’un ami est sûr quand notre situation ne l’est pas.  Cicéron 

Le chat le plus grand du monde

savannah05.jpg

Un nouveau record vient d’être attribué par le Guinness Book. Il s’agit du chat le plus grand monde. Il revient à un chat de race Savannah, vivant en Californie et mesurant… 43,43 cm de hauteur, de l’épaule jusqu’aux orteils ! 

Nommé Scarlett’s Magic, le petit, ou plutôt le grand chat, n’a que 18 mois. Depuis l’obtention de ce titre, ses propriétaires sont comblés de joie et ne cessent de vanter les mérites de cette race atypique

« Le Savannah est l’animal de compagnie le plus aimant, beau et intelligent dont une famille puisse rêver. Ce sont des animaux actifs, qui aiment jouer tout en étant proches de leur propriétaire » confie sa maîtresse Kim Draper.  Selon elle, la race de chat serait de plus en plus populaire en Californie en raison de leur apparence unique et de leur capacité d’adaptation

C’est dire à quel point Scarlett’s Magic doit être exceptionnelle ! Car en plus de détenir le titre du plus grand chat du monde, le chat américain va désormais concourir pour le titre du chat le plus long du monde (du museau à la queue). Et elle a toutes ses chances ! 

Il faut dire que Scarlett’s Magic est presque aussi grande qu’un enfant de 3 ans. C’est ce qu’on appelle un chat impressionnant !

Ambiance

bellephoto.gif

Vaisseau fantôme : la légende du hollandais volant

hollandaisvolant4.jpg

Il n’y a pas que les châteaux d’Ecosse ou les vieilles demeures qui soient hantés. La mer et l’océan possèdent aussi leurs histoires de hantises : les vaisseaux fantômes.  Le Hollandais volant serait un navire fantôme dont l’histoire terrifiante aurait inspirée le fameux film : « Pirates des Caraïbes ».  Cette histoire remonte au 17ème siècle, lorsque le Hollandais volant regagne Amsterdam, son portd’attache, à son bord, une énorme cargaison d’or, les hommes d’équipage veulent s’emparer du précieux trésor, ils précipitent le capitaine par-dessus port, ce dernier leur jette un sort et le navire sera désormais maudit.  Il existe d’autres légendes concernant l’origine de ce vaisseau fantôme. La plus connue est celle qui inspira Richard Wagner pour son opéra « Le Vaisseau Fantôme ». Au XVIIème siècle, au large du Cap de Bonne Espérance, le Capitaine Van der Decken subissait la plus forte tempête que sa carrière de marin n’ait jamais vue. Hurlant et injuriant Dieu car le bateau était sur le point de sombrer, il fut maudit à jamais ; condamné à errer sur les flots et dans les limbes, n’étant ni mort ni vivant. Il sera « délivré » par l’amour de sa femme qui acceptera de mourir pour sauver son âme. Une autre se situe vers 1650. A Amsterdam vivait Barent Fokke un capitaine réputée pour ses colères, son mauvais caractère et surtout pour son bateau, le plus rapide du pays, capable de rallier Batavia à Amsterdam en à peine trois mois. La rumeur voulait que Fokke ait passé un pacte avec le diable afin que son navire soit le plus rapide d’entre tous les bateaux. Un jour, il disparut corps et biens. La légende naissait : comme il était maudit, il était condamné à errer éternellement sur les océans.  Quelques soient les versions, les témoignages de marins ayant croisés le « Hollandais Volant » et ses voiles rouges, ont été enregistrés depuis le 17ème. En 1881, le futur roi d’Angleterre, George V, alors duc d’York, fut le témoin d’une bien étrange apparition au large des côtes australiennes. Alors qu’il prenait le frais sur le pont, il aperçut un halo rougeâtre dans la nuit noire et opaque. Un immense vaisseau apparut et passa devant le bateau, sans aucun bruit… Le lendemain, un des marins de quart cette nuit là, tombait d’un mât et se tuait. Quelques jours plus tard ce fut le tour de l’amiral qui commandait cette flotte. Certains pensèrent à une malédiction provenant du « Hollandais Volant ». 

Le journal de bord de « La Bacchante » relate les faits :  « quatre heures du matin , un brick passa sur notre avant, à environ trois cents mètres, le cap vers nous. Une étrange lumière rouge éclairait le mât, le pont et les voiles. L’homme de bossoir le signala sur l’avant, ainsi que le lieutenant de quart. Un élève officier fut envoyé dans la vigie, Mais il ne vit cette fois aucune trace, aucune signe d’un navire réel. seize personnes ont été témoins de l’apparition. a nuit était claire et la mer calme. Le Tourmaline et le Cléopâtre qui naviguaient par tribord avant nous demandèrent par signaux si nous avions vu l’étrange lumière rouge».  D’après l’écrivain historien Hugo Verlomme, de nombreux témoins qui auraient aperçu le hollandais volant décrivent un navire à moitié naufragé mais qui ne coule pas, dont les voiles sont complètement déchiquetées et surtout une ambiance terrifiante à bord avec des hommes véritables mort-vivants qui réclament assistance, avec une odeur pestilentielle.  Depuis 3 siècles, ce navire maudit entourait les mers du globe, et de nombreux témoins auraient croisé son sillage.  Ce vaisseau fantômes aurait également été vu :  -       En 1887 par l’équipage de l’Orion, vaisseau américain naviguant vers la Chine.  -       D’une plage d’Afrique du Sud, en 1939, par des témoins qui verront un trois mats qui file toutes voiles dehors, alors qu’il n’y a pas de vent, et disparaît brusquement.  -       Par 50 marins en pleine mer en 1942. 

Alors, phénomène naturel, mirage ou simple légende maritime, le mystère reste entier. 

Citation

Le reflet est pour les couleurs ce que l’echo est pour les sons.

Joseph JOUBERT

 

reflets.gif

 

Effets d’optique

b8e0mxxx.jpg

neptune.gif

jgjsnfsw.jpg

 

ffc1ea42.jpg

ed39mh2z.jpg

 

 

LE CIMETIÈRE DES ÉLÉPHANTS – Conte africain

                             elephant.jpg

Autrefois, le peuple des éléphants vivait au bord de la rivière Sankourou. Il avait pour roi le puissant et sage Khoro. Un jour, le petit tisserin se posa sur la défense de Khoro et lui raconta, tout effrayé :  » Hélas, puissant Khoro ! c’est terrible ! Une foule d’êtres noirs à deux pattes est arrivée dans notre pays. Ils possèdent de drôles d’objets qui tuent. Ils s’étendent partout et dévastent tout sur leur passage.  » Khoro sourit :  » Je connais ces êtres. Ce sont les hommes. Ils sont petits et ne sont pas très forts. Leurs armes ne peuvent pas transpercer l’épaisse peau des éléphants.  » Cependant, peu de temps après, Khoro cessa de sourire. Les hommes noirs n’étaient ni très grands, ni très forts, mais ils étaient nombreux. Certes, leurs armes ne pouvaient transpercer l’épaisse peau des éléphants. Toutefois, une flèche bien lancée pouvait tuer un éléphant si elle le frappait à l’oeil. Les hommes brûlaient les forêts pour en faire des champs. En outre, une terrible sécheresse éprouvait le pays. Les éléphants se trouvèrent aux abois. Ils mouraient de faim et par les armes des hommes noirs. C’est alors que le puissant Roi des Éléphants rassembla ses sujets et leur dit :  » Cette terre n’est plus bénie des dieux. La famine et les hommes noirs nous font souffrir. Nous devons partir d’ici. Nous irons vers le soleil couchant. Notre route sera droite, comme l’était jusqu’à présent notre vie. Nous passerons sur tout ce qui se trouvera sur notre chemin, que ce soient les marécages ou les hommes noirs. Nous sommes peut-être un petit peuple, mais chacun de nous est plus fort que dix fois dix singes. Nous atteindrons notre but. Il n’en reste pas moins que ce pays a toujours été notre terre. Aussi, nous y reviendrons quelques jours chaque année, le premier mois qui suit la saison des pluies. Ainsi, nos enfants la connaîtront, les vieux et les malades pourront y vivre leurs derniers instants.  » Ainsi parla le puissant Khoro, et il en fut comme il dit. Le passage des éléphants ressembla à celui d’une tornade : les arbres furent arrachés, les champs piétinés, les villages détruits. Beaucoup d’hommes périrent. La force des éléphants était effrayante. Cela s’est passé, il y a longtemps, très longtemps, mais chaque année, les éléphants continuent à emprunter le même chemin pour montrer leur ancienne patrie à leurs petits et pour que les vieux puissent y mourir. Depuis ce temps, on ne trouve plus de cadavres d’éléphants dans la forêt car ceux-ci vont mourir sur les bords de la rivière Sankourou. Là se trouve leur cimetière bien que personne ne sache l’endroit exact. 

Mignons à croquer !

Bébés en pâte d’amende…

pa2.jpgpa6.jpgpa7.jpgpa5.jpgpa4.jpgpa3.jpgpa1.jpg

 


123

janvier 2010
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Categories

Derniers commentaires

  • Album : Alaska
    <b>img0314.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur : Beatrice

Auteur : Beatrice

MERCI DE VOTRE VISITE

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


shimacreations |
Mes Passions |
الهـ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | galerie de peinture marc
| scratch.
| perles de la pensée